L’ennui parfait – 14

Flavien Berger – Gravité

Un petit coup de coeur pour cet artiste que j’ai découvert malgré moi il y a un an au Point Ephémère lors d’un concert. Son talent m’a incontestablement touché au point que je n’écoute plus que lui ces derniers mois.

Une vraie poésie moderne, des mélodies intemporelles, une voix affolante et affriolante, voilà ce qu’on retrouve dans les chansons psychés de Flavien Berger.

J’aime particulièrement celle-ci que je trouve vraiment belle.

Je vous invite à écouter son album Léviathan – disponible en ligne, CD, Vinyle.

L’ennui parfait – 13

Il y a des moments où aider les autres à réaliser leurs projets devient un vrai objectif personnel. Notamment lorsque les autres en question sont des proches : amis, enfants, membres de la famille, collègues. Donner des conseils, soutenir ces personnes dans leurs choix, les guider ou les assister, il existe plein de moyens pour aider ceux qui nous sont chers à réaliser leur rêves. Quand nos proches sont heureux, ne sommes-nous pas fous de bonheur pour eux également ?

Quand nos proches se retrouvent dans des situations compliquées, il est aussi difficile de ne pas vouloir apporter sa contribution : lors d’un licenciement, ou si ils traversent une période douloureuse comme le deuil etc… Tout soutien est le bienvenue dans les épreuves. Quelle est la meilleure manière d’aider quelqu’un dans ce type de cas ? Tout dépend de la situation.

Pour expérimenter la souffrance d’un de mes proches à ne pas trouver d’emploi stable depuis quelques mois, je me suis souvent posée la question de savoir quel était le meilleur moyen pour moi de l’aider tout en lui apportant du réconfort.

Mon ami se juge très fermement quant à cette situation qu’il vit comme un échec. La confiance en soi est alors primordiale pour obtenir un emploi. Et j’ai eu peur que ce moral en berne ne lui joue des tours. Etant moi-même assez vive, je n’ai jamais eu mal à trouver un job. De ce fait je me sentais en mauvais eposture pour comprendre son problème et son ressenti.

J’ai donc tenté de lui apporter mon aide de différentes manières : en essayant de le motiver, en cherchant avec lui, en relisant son CV et ses LM avec attention, en lui donnant différents conseils sur la recherche d’emploi en elle-même, en lui faisant part de mon expérience et parfois en le secouant.

Je suis toujours dubitative quant à l’efficacité de mes conseils. J’espère qu’ils porteront leurs fruits mais surtout qu’ils permettront à mon ami de trouver ce qu’il cherche.

D’où mes questions : comment véritablement apporter une aide efficace à quelqu’un ? Comment soutenir une personne dans une situation délicate ? Commen ne pas faire sonner ses conseils comme des reproches déguisés ?

Voici un top 3 des choses que j’ai pu retenir durant cette période :

  • Ne jamais brusquer quelqu’un : les phrases toutes faites telles que  » moi à ton âge »,  » si j’étais toi » et les  » tu verras si tu continues comme ça » ne servent à rien à part rabaisser les autres. Chaque expérience est différente. Chaque personne réagit différemment. A partir de cela, les mantras de l’un ne peuvent devenir ceux de l’autre.
  • Toujours écouter : écouter l’autre et le rassurer, voila une aide efficace. Cela redonne motivation. Une fois l’autre apaisé de son malheur, il sera motivé pour reprendre ses recherches.
  • Guider plus que conseiller : laisser l’autre faire ses propres erreurs, voila une chose parfois difficile à faire. Les conseils sont toujours bon à prendre, mais si l’autre s’embarque dans une direction que vous n’auriez pas prise, il ne faut pas l’en empêcher à tout prix – sauf cas extrême biensur. Il vaut mieux guider prudemment la personne concernée que de lui sortir les phrases bateau qu’elle aura entendu mille fois.

L’ennui parfait – 12

Il y a bien longtemps que je n’avais pas posté sur ce blog. Depuis Mai, bien des choses sont arrivées dans ma petite vie !

Une de mes résolutions de cette nouvelle rentrée est de reprendre mon travail dans cet espace et publier mes petits conseils quotidiens. Les vacances approchent pour moi après un été lent au bureau. Soleil, mer et sel enfin.

Hâte.

l’ennui parfait – 11

Connaissez-vous Pinterest ?

Je suis une inconditionnelle de ce site internet qui propose d’organiser des tableaux selon différents thèmes. Parfait pour trouver l’inspiration ou créer des ambiances. Les futures mariées peuvent y trouver des DIY pour le grand jour ou des adresses de robes de mariées, les fans de skateboard peuvent y retrouver de magnifiques photos des plus belles figures et les amoureux de la mer ou du ciel peuvent accumuler de beaux clichés des plages ou de la lune tout autour de la planète…

Il suffit de créer un tableau, de le nommer puis d’y épingler (pin in english) les plus belles images qui se réfèrent au thème choisi.

tumblr_lz67tn06LD1r03w26o1_500_large

Sur mes tableaux, je poste des tas d’idées. J’en ai pour la mode et la déco. Le design également. J’ai aussi de beaux tableaux sur les couleurs primaires comme le bleu – ma favorite – ou encore le vert ou le blanc. J’adore collectionner les photos des hommes. Je trouve que les hommes sont vraiment de magnifiques sujets d’inspiration – mon côté pro-masculine qui montre son nez dans ces moments… Comme j’aurais aimé être un garçon ! Encre plus sur Pinterest ! J’ai aussi de jolis tableaux sur des paysages ou des villes que j’aime.

tumblr_lswrw960AP1r331r3o1_500_large

Je vous invite d’ailleurs à suivre mon compte Pinterest ou au moins à venir y jeter un coup d’oeil ! :)

Source Image : Pinterest

L’ennui parfait – 10

Beaucoup de choses positives me sont arrivées récemment depuis que je vis à Paris.

Tout d’abord, vivre à Paris est pour moi un rêve qui s’est réalisé. Depuis bien longtemps, je nourrissais l’envie de m’installer dans la capitale avec cette peur indescriptible de ne jamais y parvenir. C’est fait et tous les commentaires des autres sur ce choix me volent au-dessus la tête tant je suis heureuse.

J’ai pu récemment changer de travail – objet d’un article qu’il faut que je rédige tiens. Ce changement a été une grande source de stress pour moi. Finalement, après avoir intégré l’entreprise, je me suis rendue compte que, ce job, je l’aimais bien et que, cette boite, je l’aimais bien aussi. Chose positive que de changer d’environnement, ce nouveau job me permet d’améliorer mes conditions de vie assez radicalement.

Enfin, j’ai rencontré mon amoureux ici. Je l’avais déjà croisé avant de m’installer à Paris mais c’est définitivement cette magnifique ville qui nous a rapproché. Et comment ! Nous nous détestions il y a encore quelques mois.

Au départ, j’ai cru que Paris ne m’aimait pas beaucoup. Un peu comme lorsqu’on goûte un citron la première fois, arriver ici, c’est très sensibilisant, acide, mordant. Tout m’a ému dans cette ville, tout m’a agacé, tout m’a rendue fébrile et en même temps, j’aime tout. Beaucoup de sales moments se sont produits : maladies étranges, un CDI qui n’a rien donné, un autre qui ne me permettait pas de m’autoriser des écarts, des amis qui se font un peu trop mousser etc etc… La solitude parfois. J’ai bien cru que j’allais rentrer à la maison dans ma si belle Normandie,  qui ne me paraissait plus si grise tout à coup. Je me disais  » Tant pis voyons, cette ville n’est pas pour toi et puis voilà. »

Mais finalement, j’en tire du positif de ma première année à Paris, de cette première folle année pleine de rebondissements. J’ai tenu bon face à cette gigantesque capitale. Paris, j’ai appris à l’aimer et à me dire qu’il fallait un petit temps d’adaptation. On dit souvent qu’il faut un an environ pour commencer à véritablement s’intégrer ici. Cela fait justement un an que je vis dans mon bel appartement parisien. Il fallait bien faire un bilan, non ?

Paris, toi et moi, on a pris le temps de se connaitre et aujourd’hui, nous sommes en paix l’une avec l’autre. Paris, je t’aime vraiment. 

L’ennui parfait – 9

Je ne suis pas une grande sportive dans l’âme ! A mon tord évidemment. Le sport est une activité que j’adore et qui me permet de me sentir vidée, bien, tonique dans le corps et dans ma tête. Je ne pratique pas souvent hélas. Pourquoi ? Manque de temps – héhé, raison complètement idiote mais malheureusement elle est évidente pour moi et surtout pour le sport que j’aime par dessus tout…

Le sport que je pratique,  avec joie et passion,  et qui me permet de me sentir bien et légère : la piscine.

Il y a environ un an et demi, un grave événement est survenu dans ma famille qui nous a beaucoup affecté pendant plus de six mois. Cet événement ayant encore des répercussions aujourd’hui. Pour me vider la tête et surtout pour pouvoir canaliser ma peine et mes inquiétudes, je me suis lancée dans la natation pratiquée de manière intensive (je veux dire environ 4 fois par semaine pendant 1h30). A l’époque, je vivais encore chez mes parents, et je travaillais à mi-temps dans une boutique qui se trouvait à environ 20 min à pied de la piscine municipale. Cette activité m’a vraiment aidé à me décontracter. La piscine est reconnue d’ailleurs pour son pouvoir délassant, bienfaiteur et surtout déstressant.

Je pratiquais uniquement la brasse coulée – car la brasse avec le cou hors de l’eau ne sert pas à grand chose à part se blesser les cervicale et le cou. Au début, j’y allais en bikini sans matériel adapté et je pataugeais. Je constatais cependant que j’étais loin de réaliser des performances même si ce rythme de 4 fois par semaine me permettait de me relaxer et de me dépenser sans me faire mal. Je pratiquais aussi le dos pour la relaxation en fin de séance. Mes séance ne durait jamais moins de 45 min dans l’eau, que je sois fatiguée ou non. Au maximum je restais 1h30 dans l’eau.

Au fur et à mesure, et aussi en me renseignant sur différents blogs et sites internet, j’ai voulu m’améliorer. Au bout d’une semaine, je suis allée m’acheter un bonnet, des lunettes et un maillot un peu plus pro (3.95€ chez décat) afin de pouvoir vraiment m’investir dans cette activité. J’ai tenté d’améliorer ma technique en allant voir les maîtres nageurs au bord des piscine – et en leur demandant de m’observer un peu. Conseils qui m’ont été très précieux. Au fil des séances, je constatais mes progrès au niveau de ma vitesse et de mon souffle. J’ai tenté divers exercices avec divers accessoires pour bien faire travailler les zones qui m’intéressaient. J’ai gagné beaucoup de satisfaction grâce à ce sport, moi qui n’avais jamais été une férue de piscine jusqu’à présent.

Par exemple : à mes débuts je faisais en 45 min environ 1 km. Très peu vous me direz. au bout d’un mois je faisais 1 km en 31 min environ. Au bout de trois mois, je faisais en 45 min environ 2 km et parfois jusqu’à 2.5 km. A deux mois, je ne comptais plus en minute mais en km, et je ne sortais plus de l’eau avant de faire mes 2 km minimum.

Je ne suis pas devenue une nageuse pro mais ces séances m’ont fait énormément de bien. Physiquement, le résultat est apparu au bout d’un mois. J’étais plus tonique, plus en forme, mes muscles se sont dessinés seuls sans devenir imposants non plus, des biceps sont apparus ! Mes jambes se sont effilées rapidement aussi. Toutes mes copines se sont mises à me questionner sur mon « régime » – chose à laquelle je répondais  » cure d’eau et de brasse intensive et rien d’autre ». Moralement, un grand vide pendant la séance où je me concentrais sur mes mouvements et mes performances, grand bien-être après avec cette sensation d’être vidée et fière de soi.

A Paris malheureusement, les horaires de piscine et le monde ambiant ne permet pas une aussi grande pratique. J’ai tenté quelques fois d’aller à la piscine à différentes heures de la journée, en semaine et le weekend, le soir ou en début de matinée, un vrai calvaire… Sans parler qu’avec le travail à temps complet ( je suis à 39h mais en fait concrètement 45 voire plus par semaine) il est pratiquement impossible de pouvoir aller à la piscine en semaine à moins de faire la queue 1h et de se prendre les pieds de tout le monde pendant sa nage. Un autre point noir : les piscines parisiennes font rarement 50 mètres. Je m’ennuie beaucoup plus sur 25 mètres et donc ne respecte pas forcément mon rythme d’avant chez mes parents. Je prends tous les conseils de piscine évidemment :)

Je nage souvent à la Piscine Keller – Paris 15. Traitée à l’ozone, c’est une belle piscine, malheureusement elle est très souvent bondée.

Pratiquez-vous un sport en région parisienne ?

@source Pinterest